Indigenous Perspectives of Healing From PTSD | Perspectives autochtones de guérison du TSPT

  • English

  • Français

Presented by: Patricia June Vickers, PhD.
This webinar was presented and recorded on May 31, 2022.

Indigenous nations have a strong resource in ancestral law for providing perspective, understanding through teachings and a pathway for healing. The session speaks to a place where ancestral law and mental health hold great potential.

Click here for a promotional video

Webinar Recording

 

Click here for webinar slides

Click here for related resources

Learning Objectives

After attending this webinar, participants were able to:

• Gain an understanding of the layers of oppression for Indigenous peoples
• Articulate the value of ancestral law for all peoples
• Articulate a sense of personal connection with Indigenous Ancestral Law and healing

Speaker

patricia.pngPatricia Vickers is an Indigenous consultant and facilitator focusing services to Indigenous nations in British Columbia. Patricia’s doctoral research focuses on the transformative aspects of ancestral law of Ts’msyen peoples of the northwest coast.  Ancestral law holds protocol, process, values, and principles for relational existence and is the foundation of guidance for her current research in the application of neurofeedback to support healing from PTSD.  As a former Clinical Director of Mental Health and Wellness for the First Nations Health Authority, she developed, managed and facilitated two trauma trainings for over two hundred service providers in Indigenous communities.  She recently completed a neurofeedback research study on Haida Gwaii with favorable results.

Vickers received her Interdisciplinary DPhil from the University of Victoria.  Following cultural protocol, she returned to her home village of Gitxaala on Dolphin Island where five fluent speakers of the Sm’algyax language affirmed the manuscript.  She is of British ancestry on her mother’s side and Heiltsuk, Ts’msyen and Haida on her father’s side.  A mother of four and grandmother to nine, and the daughter and granddaughter of the Indian Residential School system, she values ancestral teachings and the mystery in healing.

Présenté par : Patricia June Vickers.
Ce webinaire a été présenté et enregistré le 31 mai 2022.

Les nations autochtones disposent d’une solide ressource en droit ancestral pour fournir une perspective, ainsi qu’une compréhension grâce aux enseignements et un chemin de guérison. La seance a porté sur l'intersection entre le droit ancestral et la santé mentale.

Enregistrement du webinaire

 

Cliquez ici pour diapositives de présentation

Cliquez ici pour la liste de ressources

Objectifs d’apprentissage

Après avoir assisté à ce webinaire, les participant. e. s ont pu :

• Comprendre les couches d’oppression auxquelles sont confrontés les peuples autochtones
• Définir la valeur du droit ancestral pour tous les peuples
• Exprimer un sentiment de lien personnel avec le droit ancestral autochtone et la guérison

Biographie

patricia.pngPatricia Vickers est consultante et facilitatrice autochtone. Elle offre des services aux nations autochtones de la Colombie-Britannique. La recherche doctorale de Patricia porte sur les aspects transformateurs du droit ancestral du peuple Ts’msyen de la côte du Nord-Ouest. Le droit ancestral prévoit le protocole, le processus, les valeurs et les principes de l’existence relationnelle et constitue le fondement de ses recherches actuelles sur l’application de la rétroaction neurologique pour appuyer la guérison du TSPT. À titre d’ancienne directrice clinique de la santé mentale et du bien-être pour l’Autorité sanitaire des Premières Nations, elle a élaboré, géré et animé deux formations sur les traumatismes pour plus de 200 fournisseurs de services dans des communautés autochtones. Elle a récemment terminé une étude de recherche sur la rétroaction neurologique (neurofeedback) à Haida Gwaii, en Colombie-Britannique, et a obtenu des résultats favorables.

Mme Vickers a reçu son doctorat interdisciplinaire de l’Université de Victoria. Conformément au protocole culturel, elle est retournée dans son village natal de Gitxaala, sur l’île Dolphin, où cinq locuteurs parlant couramment la langue Sm’algyax ont affirmé le manuscrit. Elle est d’ascendance britannique du côté de sa mère et Heiltsuk, Ts’msyen et Haida du côté de son père. Mère de quatre enfants et grand-mère de neuf petits-enfants, et fille et petite-fille du système des pensionnats indiens, elle accorde de l’importance aux enseignements ancestraux et au mystère de la guérison.