Jacqueline Benn-John and Elizabeth Sheehy

  • English

  • Français

The Supreme Court of Canada’s Extreme Intoxication Decisions: Why We Should Care

This webinar was presented and recorded on July 19, 2022.

This presentation looked at the recent legal changes connected to the “extreme intoxication” defence and its implications for survivors of crime. What does this ruling mean for survivors of gender-based violence, such as sexual and intimate partner violence, or hate-based crimes?

The presentation briefly described the history of the “extreme intoxication” defence through the Daviault decision (1994); the federal response of enacting s 33.1 of the Criminal Code (1995); and the trilogy of R v Brown; R v Sullivan; and R v Chan cases (2022). The presenters acknowledged the important legal improvements accomplished through past survivor and ally advocacy in this area — as well as address today’s concerns about the undoing of such feminist and human rights advocacy gains.

Bringing together legal, advocacy, and frontline expertise, presenters discussed data that suggests the defence will become increasingly relevant to future criminal cases, particularly gender-based violence. Presenters explained the criteria for proof of the defence and the types of cases where the defence will not be available. Presenters also considered further legislative solutions worth fighting for.

This presentation included suggestions for service providers working with survivors of sexual assault, in particular: talking about the “extreme intoxication” defence in support and advocacy settings; exploring the feelings this ruling can bring up for survivors of sexual and gender-based crimes; talking about how the defence may be applied in sexual assault cases and survivors’ rights in such cases; and exploring support and justice options for survivors.

Webinar Recording

 

Click here for Slides

Click here for related resources

Learning Objectives

Participants:

  • Came away with an understanding of the difference between an “intoxication” defence and an “extreme intoxication” defence.
  • Enhanced their knowledge of how to provide supportive responses to survivors who are seeking to understand the defence, possible implications, and options for survivors.
  • Were better able to provide information to survivors about what to expect when engaging with the criminal justice system.
  • Gained knowledge about the systemic limitations of the criminal justice system in responding to sexual violence cases, as well as gained awareness of other support, healing, and justice options for survivors.
  • Were better able to understand how the extreme intoxication defence poses a threat to the rights of women and gender-diverse people.
  • Were better able to participate in discussions around Parliament’s response to the Court’s decisions about the “extreme intoxication” defence.

Speakers

Jacqueline-Benn-John-webinar.png

Jacqueline Benn-John, PhD, as an African/Black diasporic cisgender woman, mother, feminist, survivor and immigrant.  She is the Executive Director of the Women’s Support Network of York Region, a consultant, and community engaged educator. Her doctoral research sought to understand the perspectives and experiences of African/Black women who provide service to survivors of sexual violence, and the multifaceted and intersectional modes of expressing resistance through feminist violence prevention work in rape crisis centres within Ontario.

Jacqueline has over 25 years of grassroots and professional work experience in the social service sector, feminist organizing and community development, and within family service and anti-violence organizations. Since 2001, Jacqueline has been cofacilitating groups supporting mothers and children in healing from their exposure to violence within the home. She also cofacilitates group education/counselling to individuals who have been mandated by the court to attend the Partner Assault Response program in response to a criminal charge involving domestic violence.

Jacqueline has also advised the Ontario government on numerous program and policy initiatives in the anti-violence sector. In 2017, as a Senior Research Consultant, Jacqueline collaborated with Shore Consulting to undertake a review of the Ministry of the Status of Women’s Sexual Violence Counselling Services and Helplines across Ontario. Since 2016, she develops and delivers trainings for the Toronto Hostels Training Centre: Working with Abused Women and Children and Working with Families with special considerations for Immigrant and Refugee communities.

Jacqueline has been teaching for the past 15 years across the greater Toronto area. Recently, she taught in the Department of Social Justice Education at Ontario Institute for Studies in Education, University of Toronto, and in the Community and Justice Services Program at Humber Institute of Technology & Advanced Learning. Jacqueline has taught courses such as, Cultural Knowledges, Representation and Colonial Education, Restorative Justice, Community Building, Crisis Intervention and Trauma, Mental Health Foundations and Conflict Management. Jacqueline also taught in the Assaulted Women’s and Children’s Counsellor/ Advocate Program at George Brown College for 12 years.

Elizabeth-Sheehy.png

Elizabeth Sheehy, F.R.S.C., O. Ont., recipient of the Ramon Hnatyshyn Justice Award and the Governor General’s Persons Award, is Professor Emerita at the University of Ottawa Faculty of Law. Her research includes a special issue of the Journal of Social Welfare and Family Law “Family Violence and Parental Alienation”, Sexual Assault in Canada: Law, Legal Practice and Women’s Activism and Defending Battered Women on Trial: Lessons from the Transcripts, which was awarded the David Walter Mundell Medal 2014 for fine legal writing. Elizabeth’s research has contributed to criminal law reform and feminist litigation regarding violence against women.

 Background Information from Elizabeth Sheehy

In May 2022, the Supreme Court released decisions in the “extreme intoxication” trilogy of cases: R v Brown; R v Sullivan; and R v Chan. In all of these cases, accused men had been barred from using the “extreme intoxication” defence to achieve acquittal by virtue of s 33.1 of the Criminal Code, which barred the defence for crimes of violence. And these men’s crimes were extremely violent: Brown has broken into the home of an older woman living alone, terrorized her by attacking her, and causing her permanent injuries; Sullivan attacked his elderly mother with a knife and caused grave injuries to her; and Chan killed his father and maimed his step-mother, causing her to lose vision in one of her eyes. All three claimed that they were so extremely intoxicated that they did not possess the requisite culpable state of mind for criminal guilt, and in fact were not even operating voluntarily because they were in a state “akin to automatism”.

The Supreme Court ruled that the s 33.1 bar was unconstitutional for violating the accused’s rights to a fair trial by denying access to the defence, for violating the presumption of innocence by presuming guilt, and for convicting an accused where there is no moral culpability because the accused was essentially unconscious when he attacked another person. The decision to unleash the extreme intoxication defence will have implications for women who experience male violence, because there is no doubt that there will be an uptake among accused men attempting to use this defence. Although we do not yet know how often they will succeed with the defence, we do know that they will try, with potential consequences for women’s reporting, police laying charges, and Crown attorneys proceeding with prosecution where the defence is raised. Further, women’s competing constitutional rights were given short shrift by the Court, placing them at the bottom of the constitutional analysis and essentially ensuring they will never prevail against accused men’s rights.

Les arrêts de la Cour suprême du Canada sur l’intoxication extrême : pourquoi nous devons nous y intéresser

Ce webinaire a été présenté et enregistré le 19 juillet 2022.

Cette présentation a examiné les récents changements juridiques liés à la défense d’« intoxication extrême » et ses répercussions sur les survivantes d’actes criminels. Que signifie cette décision pour les survivantes de violence fondée sur le sexe, comme la violence sexuelle et la violence conjugale, ou les crimes haineux? 

La présentation a décrit brièvement l’historique de la défense d’« intoxication extrême » dans l’arrêt Daviault (1994), la réponse fédérale, à savoir l’adoption de l’article 33.1 du Code criminel (1995), et la trilogie des affaires R. c. Brown, R. c. Sullivan et R. c. Chan (2022). Les présentatrices ont reconnu les importantes améliorations juridiques réalisées dans le passé grâce à la défense des droits des survivantes et au plaidoyer des alliés dans ce domaine. Elles ont abordé aussi les préoccupations actuelles concernant l’annulation de ces gains féministes et de défense des droits de la personne. 

En réunissant l’expertise juridique, de défense des droits et de première ligne, les présentatrices ont discuté des données qui laissent entendre que la défense deviendra de plus en plus pertinente dans les futures affaires criminelles, en particulier celles qui concernent la violence fondée sur le sexe. Les présentatrices ont expliqué les critères de preuve de la défense et les types de cas où la défense ne sera pas disponible. Elles ont examiné aussi d’autres solutions législatives pour lesquelles il vaut la peine de se battre. 

Cette présentation a compris des suggestions à l’intention des fournisseurs de services qui travaillent avec des survivantes d’agressions sexuelles, en particulier : parler de la défense d’« intoxication extrême », dans les contextes de soutien et de défense des droits; explorer les sentiments que cette décision peut susciter chez les survivantes d’agressions sexuelles et d’actes criminels fondés sur le sexe; parler de la façon dont la défense peut être appliquée dans les cas d’agression sexuelle et les droits des survivantes dans de tels cas; et examiner des options de soutien et de justice pour les survivantes. 

Enregistrement du webinaire

 

Cliquez ici pour diapositives de présentation

Cliquez ici pour la liste de ressources

Objectifs d’apprentissage

Les participantes et participants purent : 

  • Comprendre la différence entre une défense d’« intoxication » et une défense d’« intoxication extrême ». 
  • Améliorer leurs connaissances sur la façon de fournir des réponses de soutien aux survivantes qui cherchent à comprendre la défense, les répercussions possibles et les options qui se présentent à elles. 
  • Être en mesure de fournir des renseignements aux survivantes sur ce à quoi elles doivent s’attendre lorsqu’elles ont affaire au système de justice pénale. 
  • Acquérir des connaissances sur les limites systémiques du système de justice pénale dans la réponse aux cas de violence sexuelle, et sur les autres options de soutien, de guérison et de justice pour les survivantes. 
  • Être mieux en mesure de comprendre comment la défense d’intoxication extrême menace les droits des femmes et des personnes de diverses identités de genre. 
  • Être mieux en mesure de participer aux discussions sur la réponse du Parlement aux décisions de la Cour concernant la défense d’« intoxication extrême ».

Biographies

Jacqueline-Benn-John-webinar.pngJacqueline Benn-John, PhD, est une femme cisgenre africaine noire diasporique, mère, féministe, survivante et immigrante. Elle est directrice générale du Women’s Support Network de la région de York, consultante et éducatrice engagée dans la collectivité. Ses recherches doctorales visaient à comprendre les perspectives et les expériences des femmes africaines/noires qui offrent des services aux survivantes de violence sexuelle, et les modes multidimensionnels et intersectionnels d’expression de la résistance au moyen du travail de prévention de la violence féministe dans les centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle de l’Ontario.

Jacqueline possède plus de 25 ans d’expérience de travail communautaire et professionnel dans le secteur des services sociaux, de l’organisation féministe et du développement communautaire, ainsi qu’auprès d’organismes de services à la famille et de lutte contre la violence. Depuis 2001, Jacqueline anime des groupes qui aident les mères et les enfants à se remettre de leur exposition à la violence familiale. Elle coanime aussi l’éducation et le counselling de groupe pour les personnes qui doivent, en vertu d’une ordonnance de tribunal, participer au programme d’intervention auprès des partenaires violents en réponse à une accusation criminelle de violence familiale.

Jacqueline a aussi conseillé le gouvernement de l’Ontario sur de nombreuses initiatives de programmes et de politiques dans le secteur de la lutte contre la violence. En 2017, à titre de conseillère principale en recherche, Jacqueline a collaboré avec Shore Consulting pour entreprendre un examen des services de counselling et des lignes d’aide en matière de violence sexuelle du ministère de la Condition féminine de l’Ontario. Depuis 2016, elle élabore et donne des formations pour le Toronto Hostels Training Centre : (traduction libre) travailler auprès des femmes et enfants subissant ou ayant subi de la violence, et travailler auprès des familles, avec des considérations spéciales pour les communautés d’immigrant.e.s et de réfugié.e.s.

Jacqueline enseigne depuis 15 ans dans la région du Grand Toronto. Récemment, elle a enseigné au Département de l’éducation en justice sociale de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario de l’Université de Toronto et dans le programme de justice pénale et de services communautaires et judiciaires au Humber Institute of Technology & Advanced Learning. Jacqueline a enseigné des cours tels que : (traduction libre) connaissances culturelles, représentation et éducation coloniale, justice réparatrice, développement communautaire, intervention en situation de crise et traumatismes, fondements de la santé mentale et gestion des conflits. Jacqueline a également enseigné pendant 12 ans dans le cadre du programme Assaulted Women’s and Children’s Counsellor/Advocate au Collège George Brown.

Elizabeth-Sheehy.png

Elizabeth Sheehy, MSRC, O. Ont., récipiendaire du Prix de la justice Ramon Hnatyshyn et du Prix du Gouverneur général en commémoration de l’affaire « personne », est professeure émérite à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Ses recherches comprennent un numéro spécial du Journal of Social Welfare and Family Law intitulé « Family Violence and Parental Alienation », ainsi que les livres Sexual Assault in Canada : Law, Legal Practice and Women’s Activism et Defending Battered Women on Trial : Lessons from the Transcripts, qui a reçu la Médaille David Walter Mundell de 2014 pour l’excellence en rédaction juridique. La recherche d’Elizabeth a contribué à la réforme du droit pénal et aux litiges féministes concernant la violence faite aux femmes.

Mise en contexte par Elizabeth Sheehy

En mai 2022, la Cour suprême a rendu des décisions dans la trilogie de l’intoxication extrême, soit R. c. Brown, R. c. Sullivan et R. c. Chan. Dans tous ces cas, les accusés n’avaient pas eu le droit de recourir à la défense de « l’intoxication extrême » pour obtenir l’acquittement en vertu de l’article 33.1 du Code criminel, qui interdisait la défense dans le cas de crimes avec violence. Et les crimes de ces hommes étaient extrêmement violents; Brown est entré par effraction dans la maison d’une femme âgée vivant seule, l’a terrorisée en l’attaquant et lui a causé des blessures permanentes; Sullivan a attaqué sa mère âgée avec un couteau et lui a causé de graves blessures; Chan a tué son père et a mutilé sa belle-mère, lui faisant perdre la vue d’un œil. Ils ont tous les trois affirmé qu’ils étaient tellement intoxiqués qu’ils ne possédaient pas l’état d’esprit coupable requis pour avoir commis un acte criminel et qu’en fait, ils n’agissaient même pas volontairement parce qu’ils étaient dans un état « semblable à l’automatisme ».

La Cour suprême a statué que l’interdiction prévue à l’article 33.1 était inconstitutionnelle parce qu’elle violait le droit de l’accusé à un procès équitable en lui refusant l’accès à la défense, parce qu’elle violait la présomption d’innocence en présumant la culpabilité, et qu’elle déclarait un accusé coupable lorsqu’il n’y a pas de culpabilité morale parce que l’accusé était essentiellement inconscient lorsqu’il a attaqué une autre personne. La décision de libérer la défense d’intoxication extrême aura des répercussions sur les femmes qui sont victimes de violence masculine, car il ne fait aucun doute que les hommes accusés tenteront d’utiliser cette défense. Bien que nous ne sachions pas encore à quelle fréquence ils réussiront en utilisant cette défense, nous savons qu’ils tenteront de l’utiliser, et que cela pourrait avoir des conséquences sur la dénonciation par les femmes, sur le dépôt d’accusations par la police et sur les décisions des procureurs de la Couronne d’intenter des poursuites lorsque la défense est invoquée. De plus, la Cour n’a pas tenu compte des droits constitutionnels concurrents des femmes, les plaçant au bas de l’analyse constitutionnelle et veillant essentiellement à ce qu’ils ne l’emportent jamais sur les droits des hommes accusés.